« Coureur du Dimanche », la mode bleu-blanc-course

coureur-du-dimanche

Les mois d’hiver mettent à l’épreuve notre motivation à courir. Pourtant, conserver une activité physique pendant l’hiver permet de lutter contre ce spleen lancinant que les jours d’hiver nous inspirent.

Dans le vaste choix d’équipement pour le running, penchons-nous sur l’initiative qui a donné naissance à la marque « Coureur du Dimanche ».

Partant du constat que nos équipements de running (vêtements, chaussures…) étaient le quasi monopole de multinationales américaines ou allemandes qui fabriquent en Asie. Et pourquoi ne pas courir français ? Le challenge est de développer des produits sportifs de qualité, entièrement fabriqués dans des ateliers français.

Avec ses collections masculines et féminines, Coureur Du Dimanche se veut donc la rencontre de l’authenticité et la simplicité du running avec le savoir-faire artisanal, et même tenter d’allier une certaine élégance à la française à la mode du running.

A cela s’ajoute une pointe d’humour dans les collections avec textes imprimés (« Coureur de jupons », « Attrape-moi si tu peux », Coureur de Central Park »…) qui se veut la marque de fabrique de « Coureur du Dimanche ».

Outre le logo, des petits liserets bleu-blanc-rouge rappellent donc que courir français c’est courir responsable, fier d’arborer sur ses épaules le savoir-faire et la qualité française. Nous avons aimé les détails décalés (le liseret bleu-blanc-rouge est sur un seule manche, des asymétries) et l’humour des t-shirts qui peut faire sourire une joggeuse que vous croiserez sur votre chemin. On aurait juste aimé un choix de typographie plus punchy et percutante pour les t-shirts à message. Sûrement pour les prochaines collections !

Coureur Du Dimanche n’a pas la prétention de nous faire courir plus vite et plus longtemps. Mais il nous propose une autre approche, l’occasion de changer nos réflexes quand il s’agit d’aller acheter ses vêtements de sport.

Livraison offerte dès 2 t-shirts achetés. CoureurDuDimanche.com

 

Crédit photo ©Yanis Ourabah