Les broderies borderline (mais pleines d’amour) de Germaine Couillon

germaine-couillon-broderies-baltringue

Tombé par hasard sur cette drôle de boutique de poche sur Tictail, j’ai craqué pour Germaine Couillon. Cette mystérieuse artiste a déjà un passé lourd, et on comprend mieux qu’elle s’attache à laissait l’empreinte de ses névroses à travers l’art de la broderie : « Abandonnée par ses parents dans une forêt, [elle] trouva du réconfort auprès de Jean-Francis, un raton laveur. Jean-Francis était passionné de tuning, et rêvait de participer à Confessions Intimes. Il ne réalisera malheureusement jamais son rêve. »

Ce qui commence à peu près comme tous les contes de fées, aboutira à la naissance d’une passion : « Germaine, qui s’emmerdait quand même un peu (le tuning, c’est pas son truc), décida de se mettre à la broderie… Comme Jean-Francis ne disait que des gros mots et ne mangeait que des hamburgers, elle décida de les broder à la postérité. »

Bref, la bio c’est un peu portnawak, mais ce qui compte c’est l’humour et le décalage entre la broderie nunuche et les drôles de tableaux que Germaine nous propose : « Mother Fucker » sur toile de Jouy, Cul pourri, Greluche, Morue, Baltringue… On connaît tous une longue liste de personnes à qui l’on crève d’envie de les offrir !

Germaine propose aussi quelques broches sympas et peut vous confectionner une jolie broche en forme de coeur personnalisable avec le mot de votre choix.

https://tictail.com/s/germainecouillon

germaine-couillon-broderies